Le Fortune Hanebrink : un vélo vraiment tout terrain…

Ce vélo électrique tout terrain n’est pas un projet de la NASA, mais son concepteur (Dan Hanebrink) en est issu. Il l’a dans un premier temps imaginé à l’occasion d’un mission dans l’arctique. Il l’a ensuite adapté pour pouvoir le commercialiser au grand public. Il peut aller à une vitesse maximale de 20 km/h et 65 km/h si vous pédalez avec une autonomie d’une heure, pouvant aller jusqu’à 6 heures si vous équipez votre vélo de 5 batteries Lithion. Le prix du Fortune Hanebrink peut varier de 3500 à 6000 euros selon les options choisies.

C’est l’un des derniers vélos électriques, mis au point et perfectionné pendant 10 ans, et aujourd’hui parmi les plus innovants, si ce n’est le plus innovant, le Fortune Hanebrink est en plus de fabrication américaine. On évite ainsi les pièces chinoises de qualité parfois douteuse.

Au début on peut penser que ce vélo est uniquement destiné à rouler sur le sable et dans la neige, mais en fait pas du tout, il est beaucoup plus multifonction et peut notamment devenir un excellent moyen de faire quotidiennement le trajet boulot-dodo.

La fabrication

Fortune Hanebrink produit les enjoliveurs et roues avec en tête l’objectif de limiter au maximum le poids. La roue ne pèse ainsi que 453,93g et le pneu peut ne peser que 1kg 360.78g, tout dépend du pneu que choisit le client.

Le système du moteur est très silencieux et fluide et quand il n’est pas en marche, le vélo roule comme un vélo « normal ».

S’il est si cher, c’est parce qu’il est produit et assemblé presque entièrement aux Etats Unis, et qu’il est produit en petites séries. Fortune Hanebrink produit les cadres et les composants sur mesures.

Le Hanebrink est doté d’un double moteur, pour la neige et le sable, et pour la montagne. Excepté en ville, le Hanebrink bat tous les autres vélos électriques en termes d’efficacité.

Pourquoi est il si large ?

Le Hanebrink est large car il faut à la fois pouvoir mettre les pneus très larges qui lui donnent toute son efficacité une fois sorti de la ville et pouvoir placer le double moteur.

Un autre avantage de ses pneus très larges, le Hanebrink peut rouler sur de l’herbe fraîchement coupée sans infliger aucun dégât. Il est donc par exemple très pratique pour tirer le caddy de trou en trou.

Le Hanebrink est donc très cher, plus cher que ses « concurrents » mais toutes les attentes sont amplement satisfaites. C’est un vélo unique, en rien comparable aux autres vélos présents sur le marché.

Préparez vous à dépenser l’argent que va vous coûter ce vélo vraiment tout terrain. Le prix est difficile à avaler, mais la suite, une fois le vélo acheté, ne vous décevra jamais.

Le Tour du monde touts frais payés !
Le vélo hydratant… une innovation qui va faire du bruit !